Etudiant + remplacement = Vigilance

Publié le par Dan

Dernière affaire en date, celle de jeudi 31 juillet 2008. Un étudiant infirmier en 3ème année aurait été mis en cause dans le décès d'une personne, à Lille.

Que c'est-il passé?
Une personne se serait trompée dans l'administration de deux médicaments auprès d'un patient de 69ans. Après vérification, il ne s'agirait pas d'une erreur de prescription mais bel et bien d'une erreur d'administration de traitements. La personne est décédée. La famille à portée plainte contre X.

Dans ces cas-là, c'est simple. Que regardent-ils? La signature de la personne qui a effectué l'administration des traitements. Pas de bol, il s'agit d'un étudiant infirmier.

Ça me rappelle mon expérience personnelle. "Eh tu es en 3ème année? On n'a plus rien à t'apprendre alors!!" C'était ce qu'on me disait dans tous mes lieux de stage. En conséquence, on me faisait faire des remplacements. J'agissais seul, sans contrôle.

J'avais un secteur de plusieurs patients, au même titre qu'un infirmier banal. J'étais inclus dans l'effectif de l'équipe et dans leurs roulements. Je suis conscient que je me mettais en danger et mes patients aussi, bien que je connaissais mes limites. Je n'effectuais pas certains gestes seul, que je jugeais bien trop techniques pour moi.

"Refusez ces situations", vous dit l'école!

Mais le problème, c'est que les établissements voient en vous de la main d'oeuvre gratuite, puisqu'ils ne vous versent aucun salaire. Surtout pendant les vacances d'été où ces établissements manquent cruellement de personnel.

"Tu ne veux pas faire de remplacement?" Je téléphone demain à ton école pour stopper ton stage et tu rentres chez toi. Avait dit une cadre à une élève infirmière en troisième année, comme moi. Elle avait refusée. Le lundi d'après elle n'était plus revenue. Virée. Bien sûr la cadre n'avait pas dit à l'école que l'étudiante ne voulait pas faire de remplacement. Elle avait inventée une excuse et le stratagème avait marché.
J'avais assisté à tout. Comme pour me faire comprendre qu'elle ne se dégonflait pas que si j'avais les mêmes états d'âmes, il m'arriverait la même sentence.

Pas de stage, pas de note.
Pas de note, pas de validation de la troisième année.
Pas de validation de la troisième année, redoublement.
Redoublement, pas de diplôme....

Ce n'est pas un cas isolé. Partout où je suis allé, on m'a quasiment obligé à faire au moins une fois un remplacement. C'est tabou. Tout le monde le sait. Tout le monde le pratique, mais personne ne dit rien.
Les écoles font la politique de l'autruche et ferment les yeux. Pourquoi?!  Parce que si par malheur elles se froissent avec les lieux de stage, ces derniers n'accepteront plus de stagiaires venant de cette école.
Et si les stagiaires ne sont pas acceptés, l'école se retrouve en difficultés et bénéficie d'une mauvaise réputation car elle forme des étudiants moins autonomes que les autres écoles.

Et la réputation, dans ce milieu, c'est primordial.

Là où cette histoire d'erreur médicale m'interpelle, c'est qu'il s'agit d'un stagiaire en fin de troisième année, donc certainement en stage pré-professionnel. Autrement dit pour les novices: le dernier stage avant le diplôme d'état! Il est également précisé que ce stagiaire était très bien noté.

Une faute d'étourderie? Une erreur de lecture de la prescription? A-t-il vérifié la prescription avant d'administrer le traitement?

Quoiqu'il en soit, son avenir professionnel semble être remis en cause. Tout le monde à sorti son parapluie. Les médecins sont couverts, les infirmiers aussi. Il se retrouve donc seul, face à tout le monde.

Soyez vigilants, les étudiants! Une erreur est vite arrivée et vous n'êtes pas toujours en mesure d'en mesurer les conséquences.

Si je devais vous donner deux conseils, je vous dirais:

1) Faites toujours contre-signer vos actes par un professionnel qui engagera ainsi sa responsabilité!! Au début, il fera la grimace mais il comprendra très vite que s'il ne veut pas contre-signer n'importe quoi, il va lui falloir garder un oeil sur vous!! Vous travaillerez ainsi en sécurité.

2) Prenez une assurance professionnelle. Renseignez-vous. Certaines écoles vous couvrent et si vous cassez un scope à 10 000 euro, c'est pris en charge par l'assurance de votre école. De même certaines assurances couvrent aussi les frais juridiques.
Pour ma part, je n'étais pas couvert par mon école alors j'avais contracté une assurance juridique et professionnelle chez la MACSF. Je ne m'en suis jamais servit. Je la payais 14 euro à l'année et elle prenait en charge mes frais juridiques d'avocats ou mes frais de casse de matériel si un accident m'arrivait. Je me sentais protégé sans pour autant me ruiner.

Ne dit-on pas dans notre métier: Mieux vaut prévenir, que guérir?

Ps: Je souhaite la bienvenue à Danie et TaLouloutte qui nous ont rejoins. Il y en a pour tous les goûts ici, n'hésitez pas à feuilleter.

Ps2: Depuis quelques jours je reçois des félicitations et des mails d'encouragement via l'onglet "Contacter l'auteur" en haut de votre écran. Je suis agréablement surpris et cela me touche beaucoup. Je réponds à chaque mail. Les derniers en date, sont ceux de Lili, Vincent et Alexandre, ils se reconnaitront. Merci pour ça et surtout merci à tous ceux et celles qui laissent des commentaires régulièrement à mes articles, ce qui m'encourage à continuer sur cette route et faire en sorte d'améliorer ce blog dans le but de continuer à passer de bons moments avec vous. J'aime  les échanges que nous avons, bref, vous l'aurez compris: Je suis accroc!

Publié dans Chronique

Commenter cet article

Dan 03/08/2008

Coucou tout le mondeC'est clair céline qu'on à beaucoup de choses à revendiquer. A chaque changement de gouvernement,  on nous promets mondes et merveilles mais au final... des cacahuétes!Heureusement le contact avec les patients n'a pas de prix. Il est enrichissant et épanouissant. C'est déjà pas mal. Lolotte, je pense que si jamais le stagiaire est mis en cause, à mon avis, il n'exercera jamais la profession d'infirmier et il risque d'être mis en examen pour acte de malveillance ayant entrainé la mort ou encore homicide involontaire... c'est grave.Pauvre stagiaire. C'est vrai que certains lieux de stages ne font rien pour vous faciliter la vie et ils se moquent bien de savoir si vous étes en difficultés ou pas...Chacun ses responsabilités... Voici un bel exemple d'eprit d'équipe!

Laure 03/08/2008

Eh bien moi je peux te dire que je vais devenir accro à ton blog!Bravo, ça change vraiment de ce que je peux lire habituellement!Bises

Didou 03/08/2008

Pour que je continue à venir chez toi et à laisser des commentaires, malgré la pub que je trouve hérissante et horripilante, il faut que je sois accro moi aussi !!Bisous Dan !

poupou 04/08/2008

hello! en effet moi aussi jsui EIDE en 3 eme année et nottament en stage pré pro en ce mment... et moi qd je sui arivé en stage on été 8 stagiaire et gt seule de 3 eme année. Dc les 1ere et 2eme année fezé les toilettes et moi les soins IDE. Et je remplace, et g bien faillit perdre mon diplome puisk g mal lu une prescription, g cru kil y avé un aerosol en si besoin ms en fait il été en continu. Sauf que il ny a u okune repercussion sur le patient, mais sa femme na pa aprécié du tout et ma alor dénoncé aux superieurs... bref g u de la chance k ça n'aille pas loin, mais ça a bien faillit.Et ce jour la ct un samedi, gt ac un IDE interimaire portugais ki aprlé a peine francais et devé tout faire... Pour ka ce jour, les cadres me regardent encore de haut, ne me remercient pas, et moi je prends des risk, pas pour eux, mais pr les patients car si nous n'étions pas la les EIDE, et bien je me demande juskou iré la maltraitance morale et physique...

rafiki 29/08/2009

Je crois que c'est partout ça ! L'année dernière, stage d'un mois. Nous étions deux élèves sur le lieu de stage et le même problème. La personne avec qui j'étais, au bout de deux jours ils l'ont laissée seule pour des soins, alors que nous étions... EN BEP !!!!!On nous a répéter je ne sais pas combien de fois que nous devions jamais être seuls avec une personne, car, je cite : en cas d'accident c'est pour votre pomme.Bon, elle a accepté car elle ne voulait pas etre mal notée et louper son diplome, mais je trouve ça grave !Pire, moi qui n'étais là que pour observer, n'étant pour le moment médicalement pas encore apte à faire quoi que ce soit, on m'a un jour demandé, à l'infirmerie, si je pouvais monter "faire mme untel, qui a en plus un escarre au talon, mais tu verras c'est pas compliqué !!"..Et en rentrant de stage, une élève de notre classe qui était en stage ailleurs à eu un accident la première semaineet n'a donc pas validé son stage. Elle était seule avec une personne et la personne en question lui est tombée dessus. Bilan, fracture du radius pour elle, la personne ne s'est elle pas blessée.. Ben pour sa pomme, elle n'a pas validé son stage. BIlan, tout ça pour rien !!