Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

J'ai frolé l'incident diplomatique

Quand j'étai étudiant infirmier , je faisai des stages partout. Dans les hopitaux, dans les cliniques, dans le monde du libéral.... bref !! Dans un maxi d'endroits différents!

Et puis je me suis retrouvé dans un grand CHU, en neuro-chirurgie. Un matin en arrivant dans le service, j'ai vu deux policiers dans le service.

L'uniforme de la police/gendarmerie me stresse. Quand j'en vois un, je panique souvent. C'est con mais c'est incontrolable et plus fort que moi. Alors là, ma vie n'a fait qu'un tour devant mes yeux.
Je me suis demandé ce que j'avai fait la veille:

- Non ca va, tu n'es pas sorti. Tu n'a pas bu. Tu n'a pas vomi sur le rond point devant chez toi, pour une fois. Ta pas conduit bourré. Ta pas fait de bêtises. Ta rien a te reprocher. Allez courage!! Ils sont pas là pour toi!!

Je rentre dans l'infirmerie, je salue chaque personne une par une comme un gentil stagiaire que je suis et je fini par Nicole. Nicole est celle qui est au courrant de tout. Elle connait tout sur tout le monde ou presque. Chaque potin, chaque ragot, chaque rumeur..... Nicole est au courrant!!!

- Nicole!! Pourquoi y'a la police dehors?
- On soigne un prisonnier...
- Ah!! Ca vous arrive souvent?
- Non!! Mais putain , c'est chiant. Ils sont deux dans la chambre, deux devant la porte! Dès qu'on rentre, ils nous regarde comme si on allai le faire évader. Puis ca stresse tout le monde. Tu verra les familles des autres patients, ils regardent les flics comme si dans la chambre t'avai un tueur en série.
- Ah ok, je comprends.

Puis je m'apperçois qu'une diode rouge clignotte sur le mur de la salle de soins. C'est quand quelqu'un appuis sur la sonnette de sa chambre, ca sonne dans l'infirmerie.

Personne ne semble vouloir se déranger alors je regarde le numéro de la chambre et je sors de l'infirmerie pour aller voir ce que veut la personne. Et là, je vois qu'il s'agit justement de la chambre du détenu.
En fait c'est con mais je me rend compte que j'ai davantage peur des flics que du détenu en lui-même. 

Je me présente devant la chambre, et j'explique aux gardes que je viens répondre à la sonnette. Je me sens tout fébrile. Je suis sur que j'ai l'air louche aux yeux de la police. Je suis tellement mal a l'aise que je serai capable de faire n'importe quelle bétise. La police me toise, la police me juge, la police me sonde, la police me teste.

Ils finissent par m'ouvrir la porte. Je rentre dans la chambre accompagné d'un policier... qui explique à ses deux collegues la raison de ma venue.

Je m'approche du prisonnier. Il est menotté au lit. Il ne peut pas bouger. La police à fait barricader la baie vitrée. Je m'apperçoie qu'ils se sont placés stratégiquemment dans la chambre. Dès que la porte s'ouvre... vous vous sentez en ligne de mire.

- Monsieur?? Vous avez sonné?
- J'ai envie de pisser...
Bon, il veut faire pipi. Il est menotté.... je vais quand même pas demander de le détacher, si? Et si il s'enfuit? Et si il s'echappe? Et si il te prend en otage? Et si il casse la baie vitrée, saute du 3eme etage pour se retraper a une echelle en corde qui serait tendue depuis un hélicoptere?

En gros: chui en panique!

- Bon ne bougez pas Monsieur, je vais vous passer le pistolet!!!(c'est le nom de l'urinal pour les homme qui est en photo plus haut. C'est là-dedans que les hommes font pipi quand ils ne peuvent pas se lever)

Le temps que je réalise ce que je viens de dire que les deux flics ont déjà bondit de leur siege, la main sur leur arme. Je suis écarlate. Je bafouille, j'arrive plus a parler. Je tremble de plus en plus. Je sens meme une goutte de sueur perler sur mon front

- Vous voulez lui donner quoi? Me demande un policier, la main sur son arme.
- Euh, je... je... je voulai lui do-donner le ... le le bocal a pipi
- Non, non!! Ce n'est pas ce que vous avez dit. 
Je vois le second policier passer derrière mon dos.Il sort de mon champs de vision.Ce qui me rassure pas.

- Euhh... le le "le pistolet" c'est le nom du bocal a pipi...
- Ah!! Faites alors...
- Euh merci

Je passe le pistolet au patient... je suis tellement mal a laise qu'il me tarde de sortir de la chambre.Je me dépêche et une fois sorti.... oufffffffffffffffffffff

De retour dans la salle de soin, je m'appercoi que je peux me changer, ca fais 5 min que je suis là et je suis déjà trempé de sueur... beurk!!


Les liens vous dirige vers des photos qui ne sont pas ma propriété mais que j'ai mis pour accompagner le poids des mots. Si les propriétaires des photos veulent que je retire les liens... merci de simplement me le faire savoir en commentaire au billet concerné :)

Home - accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
Z
un peu blond ? lol nan je plaisante :) rale pas dejà je t'entends d'ici :)
Répondre
M
expldrrrrrrrrrrrr mon pauvre
Répondre
D
En esperant que les photos ne choquent personne... j'espere surtout qu'elles vous auront faites sourires
Répondre
S
Sympa l'anecdote du pistolet !!
Répondre
D
le poids des mots !
Répondre