Bazar organisé

Publié le par Dan

Les patients ne se rendent pas toujours compte qu'ils ne sont pas seuls dans le service de soins. Tant mieux ! Ça veut dire que nous faisons assez bien notre travail pour leur donner l'illusion qu'ils sont au centre de nos préoccupations quotidiennes.

Pour autant, entre les congés à poser, les échanges de jour de travail à faire, la clef de la pharmacie que nous avons encore perdue, les 18 patients en charge, les familles à renseigner, les appels téléphoniques, les nouveaux protocoles, la dernière note d'information à lire, ma collègue intérimaire que j'aime beaucoup mais que j'aide aussi beaucoup, mon chariot de soins qui roule mal... et bien parfois, mon capital patience est entamé. Surtout en fin de journée !

Pourtant, j'essaie de rester positif. Sauf quand à un moment donné on me demande de prendre 10 patients sur 4 places vides.

On fait comment ?! Non mais si tu peux me le dire je veux bien parce que ça, moi, je sais pas faire !

Et bien il y a une solution! Si si! La gymnastique tient en trois points:

  1. A se prostituer auprès de ses collègues pour savoir si elles ont des places vides dans leurs services et à demander si elles peuvent héberger une ou deux personnes. Il y a aucune vraie règle pour y parvenir mais tout est bon pour arriver à ses fins: Voix charmeuse au téléphone, promesse d'une boîte de chocolat ou d'un café, rires, séduction, empathie...A vous de voir "sur le tas".
  2. A faire sortir tous les patients qui peuvent revenir à la maison mais qui restent hospitalisés juste: au cas où j'ai mal ce soir, au cas où je saigne ce soir, au cas où mes enfants ne me laissent pas me reposer, au cas où mon mari n'arriverait pas à s'organiser pour venir me chercher ce soir, au cas où je louperai une marche dans l'escalier... Là aussi, tout est bon et des excuses, il en existe plus que ce je n'aurais pu imaginer. (D'ailleurs j'en ferais peut-être un article un jour)
  3. A doubler une chambre. Comprenez, à transformer une chambre seule en double tout en arrivant à convaincre sa collègue que c'est à son tour de se taper un patient de plus sur son secteur. Ça c'est chaud ! Pas de doubler la chambre mais de convaincre sa collègue !

Au final, alors que vous avez donné votre corps, votre café et que vous vous êtes embrouillé avec votre collègue pour trouver une place acceptable à chaque personne, les premiers patients arrivent :

- Boooooonjouuuuuuur !! J'ai une chambre seule j'espère ??

(Mais là c'est un autre grand moment et en attendant, je vous souhaite à toutes et à tous, un joyeux Noël)

Publié dans Chronique

Commenter cet article

أفضل جامعة بدبي 26/05/2016 13:53

genial